Kit Actu’ « Genre et VIH/SIDA »

Pourquoi le taux de contamination par le VIH/Sida augmente toujours alors que le monde a commencé à réagir à cette épidémie il y a 20 ans? Pourquoi le nombre de femmes vivant avec le VIH/Sida augmente-t-il bien plus vite que celui des hommes? Non seulement le VIH/Sida dépend des inégalités de genre, mais il contribue à les renforcer, exposant les hommes, les femmes et les enfants à un risque de plus en plus grand. Comment aborder un problème ancré dans ces inégalités, ce rejet et cette stigmatisation ? Les pratiques au niveau international démontrent que, pour endiguer efficacement l’épidémie, une approche de transformation des relations de genre est nécessaire. Ce kit étudie ces questions avec : un Panorama traitant des questions clés et fournissant des recommandations ; une Boîte à outils qui résume des textes de référence, des études de cas, des outils pratiques et des manuels de formation ; et un bulletin En Bref avec trois courts articles sur ce thème.

Genre et VIH/Sida : Panorama
De nombreuses approches visant à limiter l’expansion et les conséquences du VIH/Sida ne prennent pas en compte les différences et les inégalités de genre. Certaines ont réaffirmé l’existence d’une passivité féminine et d’une domination masculine dans les décisions en matière de sexe et de reproduction. D'autres ont tenté de répondre aux besoins et contraintes spécifiques des hommes et des femmes, sans remettre en cause le status quo. Ce Panorama analyse pourquoi et comment les femmes, en tant qu’individus et dans leurs rôles sociaux de mères et de pourvoyeuses de soins, accusent aujourd’hui un taux d'infection par le virus VIH/Sida nettement supérieur et disproportionné par rapport à celui des hommes. Il explore de nouvelles approches de lutte contre le VIH/Sida sensibles au genre et suggère que, pour être efficaces, il faut avoir la capacité de répondre aux inégalités qui, à la fois, portent la pandémie et se renforcent à son contact. Recommandations issues du Panorama Utiliser un cadre "genré" de droits humains : diverses conventions et déclarations offrent des cadres utiles pour l'action, en mettant fortement l'accent sur les droits sexuels et reproductifs avec les droits sociaux, économiques et politiques. A titre d’exemple, les recommandations spécifiques de la Déclaration des droits de Barcelone (voir la Boîte à outils pour une liste complète des recommandations) incluent, entre autres, les droits suivants : - L'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, et le droit d'avorter sans risque ni coercition. - L'accès à des technologies de prévention à des coûts abordables et faciles d'utilisation, comme les préservatifs féminins et les microbiocides, associées à des formations de renforcement des capacités de négociation et d’utilisation. - Le droit de dévoiler son statut sérologique en toute sécurité, sans risquer de subir diverses formes de violence, de discrimination ou de stigmatisation. Les politiques et programmes relatifs au VIH/Sida doivent être basés sur les situations réelles, diverses et complexes, des femmes, des hommes et des enfants : - Les personnes les plus touchées par toute question de développement doivent être impliquées d'un bout à l'autre au processus de définition du problème et d'identification des solutions. Les initiatives de développement doivent ainsi partir de leurs priorités. - Impliquer les femmes et les hommes vivant avec le VIH et les populations les plus vulnérables à tous les niveaux des politiques, de la planification et des programmes. - Reconnaître sans stigmatisation la sexualité des jeunes, des femmes, des hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, des lesbiennes, des bisexuels et des transgenres, des personnes âgées ou handicapées. Changer ou transformer le rapport de forces inégal entre hommes et femmes afin de créer une situation d’égalité de pouvoir et de moindre vulnérabilité pour les femmes et les hommes : - Reconnaître que si l'autonomisation des femmes est un objectif important des interventions sur le thème du VIH/Sida, il ne peut y avoir de réelle autonomisation sans une transformation des relations de genre. - Impliquer, dans des interventions sur le VIH/Sida, les hommes qui cherchent à bousculer le status quo car on ne peut transformer les relations de genre sans leur participation, et parce que les rôles et les attentes pour les hommes les mettent aussi en danger. - S'assurer que les interventions auprès d'hommes ne compromettent pas les droits des femmes, ne confirment pas les stéréotypes ou ne se substituent pas à un travail avec des femmes.
Genre et VIH/Sida : Boîte à outils
En orientant les praticiens vers des sources d'informations et des exemples utiles sur le genre et le VIH/Sida, cette Boîte à outils entend participer à une meilleure compréhension du fait que l’incorporation du genre dans les stratégies de réponse au VIH/Sida augmente considérablement leurs chances de succès. Cette Boîte à outils présente des textes clés qui abordent les différentes stratégies utilisées pour combattre l'épidémie et aider les populations touchées et contient des recommandations pour les responsables politiques et les praticiens. Elle fournit également des exemples concrets d'approches innovantes menées dans le monde entier, visant à renforcer les capacités, le plaidoyer, l’offre de services et la recherche, en s'attaquant explicitement aux inégalités de genre. Elle contient également des résumés de guides et outils opératoires ainsi que des renseignements sur les formations, les sites Internet, coordonnées d'organisations spécialistes du genre et du VIH/Sida à travers le monde.
Genre et développement En Bref Genre et VIH/Sida – numéro 11
En Bref est un bulletin d’information de six pages visant à stimuler une réflexion sur un thème prioritaire relatif au genre. Ce numéro d’En Bref analyse les inégalités de genre comme composante majeure dans l’étude des liens entre le genre et le VIH/Sida. Il se compose d’un article introductif présentant un aperçu des questions clés et deux études de cas. La première décrit le travail de la Communauté Internationale des Femmes vivant avec le VIH/Sida (ICW), un réseau international géré par et pour des femmes séropositives, qui aborde les problèmes d’inégalités, de rejet et de stigmatisation à partir des réalités quotidiennes des gens et des priorités des femmes séropositives. La seconde étude de cas explique l’approche de l’organisation brésilienne Instituto PROMUNDO qui s’efforce de changer les manières de penser et les comportements masculins, qui constituent une donnée importante de l’épidémie du VIH/Sida, en travaillant avec de jeunes hommes, en les amenant à réfléchir sur leur manière de penser et leur comportement vis-à- vis des femmes et à en changer.